Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Le corridor

Phillip King, une exposition au Consortium, Dijon

Dans les grandes salles blanches du centre d'art le Consortium, les pièces de Phillip King nous apparaissent comme des assemblages de couleurs vives. Certaines peuvent faire penser à des sortes de végétaux, d'autres à des personnages voire à des éléments de décor architecturaux. La figure géométrique est une matrice propice à des emboitements de formes. Phillip King s'intéresse à la couleur pour ce qu'elle apporte au matériau et à la forme pure. Ses volumes sont quasi des superpositions de plans colorés. Dans certains, on peut percevoir une recherche d'équilibre entre plein et vide. Les différents pièces qui composent les œuvres sont en équilibre et en tension. Dans une des salles, les sculptures aux dimensions monumentales et aux formes extrêmement différentes créent ensemble un paysage coloré, en harmonie. Proches les unes des autres et de même couleur, elles sont dignes d'être des installations. Positionnées dans l'espace, certaines pièces sont en écho avec d'autres et avec l'architecture.

Le parcours de l'exposition nous fait découvrir salle par salle un ensemble d'oeuvres issues des différentes périodes de création de l'artiste. On peut refaire le parcours des sculptures à une échelle différente grâce à des modèles réduits présentés à l'écart des œuvres de leur taille première. Certains travaux de Phillip King sont en effet en plusieurs exemplaires. Pour finir le parcours, trois sculptures monumentales sont présentées dans la cour.

Phillip King réussit à manipuler les formes comme des plans indépendants. Il joue avec les volumes et les couleurs et les rend ludiques propre à exciter notre imaginaire. Les titres des œuvres nous interpellent et ajoutent un sens à l'assemblage créé par l'artiste. Une poésie nait par les mots, et ainsi les formes se révèlent personnifiées.

Cette exposition consacrée au travail de Phillip King est à découvrir jusqu'au 16 juin

au Consortium, Dijon

Commenter cet article