Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Pauline Lisowski

L'espace culturel Louis Vuitton propose une exposition qui convoquent les sens du spectateur. 8 propositions d'artistes et une entrée en matière par l'artiste Olafur Eliasson. Celui-ci créé un ascenseur qui accompagne le spectateur dans le noir complet avant le début de l'exposition. Ceci pour que les sens du spectateur puissent apprécier au mieux les oeuvres de l'exposition. Celle-ci est ponctuée d'installations suggérant des portes, semi ouvertes intitulées "Poltergeist" et questionnant la face et le revers, oeuvre de Didier Fiuza Faustino.

L'oeuvre de Laurent Saksik invite le spectateur à voir défilier un ciel sur les fonds de deux cubes de verre. (photo ci-dessus).
Le dispositif "La traumathèque" propose une interaction avec le spectateur. L'artiste propose à celui-ci de s'installer dans un fauteuil, sorte de cocon transparent, et d'écouter une cassette d'un hypnotiseur. A la fin de cette expérience, l'utilisateur peut enregistrer son trauma pour compléter la traumathèque. Renaud Auguste-Dormeuil installe du papier peint blanc gaufré et imprimé en braille. Le spectateur peut aussi apprécier le pouvoir de la couleur orange sur le corps. Céleste Boursier-Mougenot propose une installation sonore dans un espace fermé et circulaire. Une fois entré, le spectateur est surpris par la brume. Des sons remixés d'activités domestiques sont diffusés. Une véritable forme sonore est perceptible mais invisible aux yeux des spectateurs.
La dernière oeuvre "Studies into the past" est ambigüe. On hésite, Laurent Grasso a-t-il peint ses petits tableaux ? Ces oeuvres sont-elles issues d'une autre époque ?

Exposition à éprouver à l'espace Louis Vuitton
jusqu'au 10 janvier

 

 

 

"La confusion des sens" à l'espace culturel Louis Vuitton

Commenter cet article