Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le corridor

Annette Messager brodeuse, collectionneuse, bricoleuse nous livre, pour cette exposition, ses oeuvres les plus sombres. Elle regarde un monde qui se disloque et s'effrite, pris dans une ambiance noire et catastrophique. Dans l'exposition, on retrouve le vocabulaire plastique de l'artiste qui brode et tisse des mots cette fois devenus d'une noirceur absolue. Annette Messager éventre des peluches et fabrique des sortes de pantins en mouvement. Féministe, elle montre la femme dans son univers quotidien mais aussi évoque ce qui fait son identité. 

DSCN7787.JPGPour cette exposition, elle a créé de nombreuses installations en mouvements, parfois dans le vent et qui semblent évoquer un monde carbonisé, une planète prise sous la terreur. Le vent souffle dans des résidus noirs. Les pantins mécaniques nous effraient par leurs mouvements qui nous emportent vers un monde fantastique mais aussi perdu. A la fois en hauteur, au sol, suspendus et en mouvement, les continents noirs de l'artiste nous suggèrent un monde étrange et surtout menaçant. Nous sommes pris dans un mouvement de torpeur où les éléments, fragments du monde tendent à survivre.

La première installation composée de sortes de pantins disloqués, pris dans un souffle, amène un sentiment de malaise comme si nous aussi nous étions emprisonnés, voués à nous cogner. Entre les autres environnements noirs, de petites sculptures rappellent les préocupations de l'artiste qui opère, comme une magicienne, des peluches, prètes à être éventrées. Les installations fonctionnent comme d'immenses théâtres d'ombres et jouent sur nos peurs d'enfants. L'expositions se clôt sur une image mélancolique où un voile transparant vient recouvrir les résidus noirs du monde qui a disparu, vestiges d'un monde carbonisé au fil de l'exposition. Le mouvement s'est ralenti, comme si le monde s'était figé. D'ailleurs, le temps est très présent dans l'exposition. C'est d'abord le mouvement, un souffle de vie qui anime ses pantins colorés et continents noirs mais aussi le temps qui passe avec la présence de l'horloge dans l'installation Sans légende.

Annette Messager a signé une exposition des plus sombres et affirme un monde étrange à la fois de bric et de broc évoquant l'enfance mais aussi le monde des adultes, inquiétant.

Une exposition à voir absolument jusqu'au 3 février

au musée d'art moderne et contemporain de Strasbourg

Commenter cet article