Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Pauline Lisowski

Le musée de la poste propose de découvrir l'évolution du street art, de la rue au musée. Avec un parcours historique, l'exposition témoigne d'abord du début du mouvement en France avec les oeuvres des pionniers, Ernest Pignon-Ernest, Jérome Mesnager, Jef Aérosol, Blek le rat, Gérard Zlotykamien. Ces artistes dont certains très connus aujourd'hui comme Ernest Pignon-Ernest, qui colle ses dessins de personnages à échelle 1 dans des lieux chargés d'histoire, ont influencé toute une nouvelle génération de street artistes français. Miss. Tic, est une des street artistes femmes présente dans l'exposition. Ses personnages en noir et blanc marquent de nombreux murs de Paris. Avec ses aphorismes qui les accompagnent, elle interroge le passant sur la condition féminine et sur l'art.

DSC01287.JPGLa suite de l'exposition témoigne du paysage actuel du street art. C215 travaille au pochoir et semble suivre la même lignée que Blek ke Rat. Invader a envahi le monde de ses petites mosaïques. On peut en croiser partout à Paris et en 2012, le nombre d'oeuvres collées dans la ville a été estimé à 3000. Inspiré par l'idée du jeu, il utilise maintenant le célèbre Rubik's cube auquel il fait subir toutes sortes de variations et notamment des tableaux représentant des peintures célèbres de l'histoire de l'art. Vhils, lui se distingue des autres street artistes car il soustrait la matière des murs où il intervient. Il oeuvre tel un archéologue faisant resurgir les différentes couches historiques des murs de Paris. Swoon, elle colle des oeuvres sur les murs qui ont un rapport narratif très fort, et témoignent de ses expériences personnelles. Shepard Fairey semble l'être l'un des artistes les plus engagés politiquement. Bansky dont l'identitée reste aujourd'hui secrète est devenu très célèbre en France grâce au film "Faites le mur !".  Dran a été remarqué et soutenu par Bansky. Dans ses oeuvres, il mêle un regard cynique et un certain humour, du à un regard critique sur la société contemporaine. Le travail de Ludo est d'un tout autre ordre. Il s'est choisi la couleur verte qu'il associe au blanc et au gris pour créer un univers étrange peuplé de créatures hybrides. Pour l'exposition, il a créé une installation qui convoque notre imaginaire avec un papillon énorme. A côté de lui, nous semblons tout petits. L'atlas lui est imprégné d'une culture de l'écriture, des calligraphies anciennes et orientales du Maroc. Ses toiles sont de véritables labytinthes d'écritures vers le décoratif. Pour l'exposition, il a d'ailleurs réalisé un labyrinthe calligraphique au sol. Pour Rero, c'est l'écriture et plutôt le langage qui l'intéresse pour mettre en avant la mémoire d'un lieu qui est voué à disparaître. Une grande installation est présentée pour l'exposition. (photo ci-dessus)

Cette exposition révèle un parti pris fort de montrer la scène française du street art. La commissaire de l'exposition est allée à la rencontre de ces artistes et en a même rapporté leurs outils. Chaque espace constitue comme l'atelier de l'artiste avec ses oeuvres et ses matériaux. L'exposition met l'accent sur le double ancrage de ces artistes, à la fois dans la rue et présents dans les musées et les galeries. Elle permet de dépasser l'ancienne image qu'on a pu avoir du street art, à ne pas confondre avec le graffiti art.

Une exposition à découvrir jusqu'au 31 mars

au musée de la poste, Paris

Commenter cet article