Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Pauline Lisowski

Les œuvres de Kate MccGwire attirent par leur apparence mystérieuse, incitent le spectateur à s'en approcher et ainsi découvrir sa technique singulière. À partir de plumes de pigeons délicatement assemblées, l'artiste compose un bestiaire de créatures hybrides. Au travers de celles-ci se révèlent plusieurs dualités, un aspect doux et dur, un côté fascinant et repoussant, le réel et le fantastique. Kate MccGwire utilise d'anciennes vitrines de muséum pour leur donner forme. Ses sculptures font ainsi penser à des animaux des temps anciens. Reprenant l'esprit des cabinets de curiosité, elle interroge notre intérêt pour l'extraordinaire.

À la galerie particulière, sont exposées un ensemble de sculptures sous vitrines, entrelacées, refermées sur elles-mêmes. Au fur et à mesure d'un aller-retour entre proximité et éloignement, la sensation du visiteur change et il y voit une autre réalité. Ces créatures paraissent à la fois immobilisées et pleines de vie, comme si elles allaient s'animer et percer la vitre qui les enferme. Au mur, d'autres œuvres aspirent le regard du spectateur vers une étroite ouverture, une percée, une cavité difficile d'accès. Les plumes se révèlent sous leur double caractéristique, délicates et tranchantes.

Les œuvres de Kate Mccgwire troublent par leur obscure beauté. Elles incitent à la fois le visiteur à plonger dans un univers enchanteur et à reconnaitre l'animal originel. Celui-ci se retrouve pris au piège d'une certaine séduction dérangeante, comme dans un conte de fées où le réel peut devenir aussi bien merveilleux que terrifiant.

Scissure, une exposition de Kate MccGwire à découvrir jusqu'au 15 octobre à la galerie particulière.

Commenter cet article