Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Pauline Lisowski

Derrière les grilles d'une parcelle à l'angle des rues de Thionville et des Ardennes, des sacs de transport intriguent la curiosité du passant. Cette installation intitulée Portable garten (Jardins portables) est l’œuvre de Lois Weinberger. L'artiste autrichien a rempli ces sacs avec de la terre de friches urbaines, qui accueillent au fil des mois des graines amenées par le vent et les oiseaux. Par cette installation, il laisse sa part au hasard des phénomènes naturels. Les plantes au fur et à mesure de leur croissance vont envahir les sacs et les recouvrir. Un jardin y pourrait prendre vie. Cette œuvre in process conduit à la jeune galerie Salle Principale.

Ouverte sur la rue, cette galerie est ainsi le lieu idéal pour accueillir le travail de cet artiste, à la fois agriculteur, botaniste et jardinier. Son aménagement réalisé par l'architecte Patrick Bouchain permet d'en faire un espace mobile. Ici, l'exposition se découvre comme dans un atelier.

En explorant les terrains, d'abord ruraux, puis les délaissés urbains, Lois Weinberger prête attention aux plantes rudérales. Dans plusieurs travaux, il dévoile ses cueillettes, révèlent ces plantes dites "mauvaises herbes", rejetées par l'homme. Il s'attache à entretenir des parcelles où persiste cette végétation spontanée. Sa démarche se rapproche de la vision du métier de jardinier que propose le paysagiste Gilles Clément : le jardin est selon lui le lieu où l'on apprend la nature, où on fait avec elle plus que l'on ne doit chercher à la maîtriser.

L'exposition regroupe un ensemble d'oeuvres de différentes périodes et engage un lien avec le quartier. Elle rend compte des expériences que l'artiste a mené lors d'interventions in situ, des plantations d'espèces dans des terrains à la marge. Ses actions symbolisent les déplacements des populations, l'immigration. De même, ses œuvres engagent des réflexions sur nos manières d'appréhender la nature et notre quête de vouloir maîtriser certains espaces. Son attention à l'ordre, à la classification, à la division, à la nomenclature, au classement des plantes renvoie également à l'organisation de notre société globalisée, où l'individu doit s'adapter à des normes.

À la galerie, sont présentées d'étranges jardinières mobiles. Lois Weinberger propose des protocoles de plantation. Ces méthodes de jardinage font écho à l'adaptation des plantes et à leur capacité à croitre dans des conditions rudimentaires.

L'artiste invite ainsi à reconsidérer les espaces intermédiaires, à la marge où la nature résiste. Si certaines de ses œuvres sont directement accessibles, attirant la sensibilité du spectateur, d'autres nécessitent d'être décryptées pour saisir les sens cachés qu'elles contiennent. Outre cette exposition rétrospective qui témoignent des interventions in situ de l'artiste, l'installation dans l'espace public s'inscrit elle dans le temps de la nature. Le terrain abandonné et cloisonné attire désormais le regard ; ce biotope est redécouvert.

Systema Naturae, une exposition de Lois Weinberger à découvrir à la galerie Salle Principale jusqu'au 18 septembre..

 Portable garden, 2016, installation, sacs, terre, végétation spontannée, protocole | ed. 5   courtesy Salle Principale

Portable garden, 2016, installation, sacs, terre, végétation spontannée, protocole | ed. 5 courtesy Salle Principale

Commenter cet article