Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Pauline Lisowski

Le 116, centre d’art contemporain à Montreuil, lieu d’effervescences, de rencontres et d’échanges : retour sur une exposition

Depuis octobre, la ville de Montreuil (93) s’est dotée d’un nouveau centre d’art, le 116. Au cœur de ce territoire d’artistes, ce nouvel espace a pour enjeu de rassembler les artistes, les habitants, les associations et les acteurs du secteur culturel. Un premier cycle d’expositions a pour thématique la figure de l’autre et a débuté avec l’exposition « Singularités partagées ». Prenant le parti d’une réflexion sur la ville de l’artiste et de l’architecte, l’exposition « Territoires communes » explorait la question du territoire comme espace ouvert. Elle a pour référence un ouvrage de l’architecte et artiste Friedrich Kiesler, figure visionnaire de l’espace urbain, qui projette de nouvelles conceptions de la ville en mouvement.

Dans ses images hybrides, Marie-Jeanne Hoffner compose une rencontre entre deux espaces : Le dessin et la photographie rapprochent deux paysages éloignés (photo ci-dessus).

Dušica Dražić puise dans ses parcours en ville, matière à faire surgir des paysages. Elle compose ensuite des maquettes de villes à partir d'un fragment : d'un détail né un paysage.

Le groupe Microsillon est composé d'artistes qui se disent médiateurs : ils fondent leur pratique comme une interaction avec les habitants. À Montreuil, ils ont proposé de dessiner des blasons de commerçants. Ce projet révèle l'importance des personnes qui fondent l'identité d'une commune. Le groupe LAPS, porte également un regard neuf et politique sur la ville et son image. Ils invitent le public à réinventer l'architecture. Les dessins au fusain d'Yves Bélorgey suggèrent la fragilité de l’architecture. L’évolution urbanistique du territoire de Montreuil résonne dans l'ensemble des œuvres.

En résidence, Kristina Solomoukha et Paolo Codeluppi s’intéressent au voyage et aux formes de représentations du territoire. Ils expérimentent ce qu’ils nomment des outils de déplacement : des supports qui interrogent la traversée et le rapport entre la réalité et la fiction.

À la frontière entre réflexion théorique, médiation de l'art et lieu d'exposition, le 116 permet de penser l'artiste comme acteur de la ville et révélateur de l'ouverture des disciplines entre elles. Ainsi, ce nouvel espace d’art contemporain invite le public à imaginer et redessiner son territoire. Fondé sur les échanges entres pratiques artistiques, le décloisonnement entre le local et le global, il s’inscrit dans le mouvement fécond d’une pensée géographique de l’art.

Pour plus d'informations concernant la future programmation du 116 : site officiel

Commenter cet article